L'équipe de Soins Alternatifs Suisse vous souhaite la bienvenue sur le site
Suivi psychatre-psy problème
Auteur : Visiteur
Bonjour,est ce qu'une personne d'entre vous a déjà vécu cette situation? ca fait 2ans que je suis suivi par un psychiatre. Je lui ai demandé si on pouvait diminuer les médicaments, s'est énervée, je veux pas qu'il arrive un pépin si je suis pas là je suis votre médecin pas que ce soit un autre,sinon je vous mets sous obligation de soin, patati patata. Sans commentaires. elle était fâché car elle partait 2jours après en vacances,lié à ca, je sais pas. Ensuite retour de vacances j'ai voulu lui en reparler, elle était calme et m'a dit si vous les prenez vous en prenez la responsabilité, pas possible de parler, je lui ai dit que j'avais des maux de ventre et là elle m'a donné un médicament assez fort mais sans écouter ce que j'avais à dire. J'ai réessayé sur le pas de la porte et je lui ai dit qu'il existait des doses plus faibles, rien à faire elle m'a dit que c'était pour mon bien, ma santé point final. j'ai eu rendez vs un mois après je ne lui ai rien dit, rien demandé et elle m'a dit inutile de parler médicaments,etc. j'ai eu rendez vous chez le psychologue ou le dialogue passe pas fort, on se comprend pas et je sais pas comment faire..a la fin du rendez vous j'ai été voir la psychiatre pour lui parler 5min, entre deux rendez vous, mais elle m'a dit qu0elle avait pas le temps. le psychologue me parle toujours de rente AI et c'est tout, moi je lui ai dit que je voulais faire qqch mais pas être dans un atelier protégé c'est pas mon truc, être avec des personnes qui ont été sous l'emprise de drogue, alcool,etc. j'ai eu burn out-dépression donc c'est pas pareil. si qqn a passé par là et me comprend, merci! En sortant de formation j'ai pété un plomb et j'ai jamais pu exercer le métier appris; sinon j'ai fais une école que j'ai pas continué, pas assez de quotient intellectuel. je suis dans une impasse. Un bon conseil, une personne à me recommander ou autre mille et un mercis!
 
  Un visiteur a écrit :
    Bonjour, Ce genre de situation n'est pas exceptionnelle. Un véritable imbroglio paradoxal. Comment se fait-il que les personnes avec lesquelles nous devrions pouvoir communiquer, dialoguer, se faire entendre à défaut de se faire vraiment comprendre, soient à ce point fermées au dialogue ? Bref, en résumé, je comprends la situation ainsi : 1. Une mauvaise passe. 2. Consultation de médecin psychiatre. 3. Mise sous médicaments. 4. Addiction bio-psychologique aux médicaments (sans parler des éventuels ou pas effets secondaires / mais c'est légal, alor cela n'intéresse personne) 5. Demande de sevrage de la part du patient. 6. Refus de démarrer un processus de sevrage progressif pour des raisons ... évasives ou incompréhensibles. 7. Maintien du traitement, la camisole chimique continue, les ventes continuent, et l'ensemble du système est bien heureux en croyant avoir fait ce qu'il y avait à faire. Moralité, à qui est-ce que cela rapporte ? Au client ? A vous ? Bien sur que non. Si vous voulez en parler, contactez-moi. Damien Lausanne
   
Votre commentaire?
Adresse e-mail (obligatoire pour recevoir vos réponses)  

Anti spam : captcha image Ecrire les 3 caractères en noir :